En cette année 2017, je me sens, profondément, cellule de Gaïa, je reconnais tous ses règnes : minéral, végétal, animal et humain et l’Histoire indienne de Swift Deer, Cherokee extrait du livre « Le cinquième rêve » de Patrice Van Eersel , découvert et savouré sur le site  yoyogiretreats  est tout à fait en harmonie avec « mavag ». Merci à l’auteur et au diffuseur …
C’est  avec le cœur  que je partage leur poème :

 

« LE CINQUIÈME RÊVE »

« Au début, le Grand Esprit dormait dans le rien depuis l’Éternité.
Il fit un rêve et un immense désir gonfla.
Ce fut le tout premier rêve.

Longtemps, la lumière chercha son accomplissement.
Elle vit que c’était la transparence.
Et la transparence régna.
Mais voici qu’ayant exploré tous les jeux de couleurs qu’elle pouvait,
Elle fit un rêve.

Elle, si légère, elle rêva d’être lourde.
Apparut alors le caillou.
Ce fut le deuxième rêve.

natureLongtemps, le caillou chercha son accomplissement.
Quand il trouva, il vit que c’était le cristal.
Et le cristal régna.
À son tour ayant exploré tous les jeux lumineux de ses aiguilles de verre,
Il se mit à rêver. Lui qui était si dur rêva de tendresse et de fragilité.
Apparut alors la fleur.
Ce fut le troisième rêve.

Longtemps la fleur chercha son accomplissement.
Elle vit que c’était l’arbre.
Et l’arbre régna sur le monde.

Mais l’arbre, à son tour, fit un rêve.
Lui, si ancré à la terre, rêva de la parcourir librement.
Apparut alors le ver de terre.
Ce fut le quatrième rêve.

Longtemps le ver de terre chercha son accomplissement.
Il prit tour à tour la forme du porc-épic, du puma, de l’aigle, du serpent à sonnette.
Et un beau jour, dans une immense éclaboussure,
un être surgit au milieu de l’océan.
Toutes les bêtes de la terre trouvèrent leur accomplissement,
et ils virent que c’était la baleine.
Longtemps elle régna sur le monde,
Mais après avoir chanté pendant des lunes,
la baleine eut un désir fou.
Elle rêva de se détacher du monde et les hommes apparurent.
Nous sommes le cinquième rêve,
en marche vers le cinquième accomplissement.

Dans la moindre couleur, toute la lumière est enfouie.
Dans tout caillou du bord du chemin dort un cristal.
Dans le plus petit brin d’herbe sommeille un baobab.
Et dans tout ver de terre se cache une baleine.
Quant à nous, nous ne sommes pas « le plus bel animal »,

nous sommes le rêve de l’animal.
Et ce rêve est encore inaccompli. »

Share This