Corps, Temple Sacré d’Âme

Parce que nous- je, venons au monde, nous-je nous manifestons à travers un corps et cela dès notre-ma conception.
Parce que nous-je venons sur Terre,  nous-je nous manifestons à travers ses Éléments et cela dés notre-ma vie fœtale.
Nous-je ne pouvons atteindre qui nous-je sommes qu’à travers le corps et son processus de transmutation alchimique.
Ce-mon corps est aussi une cellule du grand corps de Terre et à ce titre, naturellement, il  vibre du propre processus de Gaïa, de sa propre transmutation alchimique.
Enfin, notre-ma pensée est produite par le-mon corps.

Avant qu’Ego-mental n’entende ces évidences, combien de lunes sont passées ?
Combien d’Éclipses de Lune 
 liées aux énergies du Lion et du Verseau ont fait danser mes énergies ces derniers mois avant d’achever leur ronde ce mois de janvier 2019 ?
A relire mon journal et à revoir mes peintures, je sais qu’ Ego-mental fut bouleversé dès la première éclipse de Janvier 2017.
jusqu’alors il ressentait Terre comme un matériau plus ou moins docile, malléable, toute autre approche de Terre le touchait à cœur mais ne s’intégrait pas en lui.

                                          Les Chakras – Translight 24 janvier 2017

Voici que Tanaaz lui révèle les  chakras énergétiques de la Terre.
Leur positionnement, si étroitement lié aux sites sacrés de notre connaissance ne peut qu’ouvrir Ego à son nouveau regard.
Mon corps vibre si bellement avec le quatrième chakra, et depuis 2017 avec le cinquième chakra de Gaïa, celui-la même  qui vibre  là-bas du côté  de l’Egypte, du mont Sinaï, du Jardin des Oliviers !

                            » La Veille » -16 janvier 2017

Si le doute effleurait encore Ego, Messager peinture est venu concrétiser son nouveau regard sur Gaïa en  déposant « La veille » sur sa feuille blanche. Le processus s’enclenchait réellement …

De conscience en conscience c’est en la dernière éclipse qu’ Ego intègre, et parvient à exprimer sa nouvelle connaissance.
Ego ressent mon corps vibrer en homothétie  avec celui de Gaïa.
Homothétie, mot qui évoque 1962 année où je fus initiée à elle, lors d’un cours de mathématiques. L’effort que je fis pour ressentir la vraisemblance de ce nouvel enseignement, me laissa juste effleurer ce sujet.
Pour autant l’homothétie s’était gravée en ma mémoire … et aujourd’hui, c’est naturellement que je rentre dans son jeu de perspectives.
Du quai de la gare Terre où je me suis un beau jour d’automne 1945 posée, en ce lieu de Terre où je me rencontre ce jour, je dis Chapeau à l’Homothétie, mais aussi à la rigueur mathématique des constructions qui font l’Univers, à la Beauté de Ses Notes qui vibrent Magnifiquement ! Prodigieusement ! Je dis Merci à la Source ! Merci aux chants des Sphères ! Merci à tous les triangles qui font que je suis ! Et en point final je dis Merci à l’Homothétie !
Ainsi, par ces nuits où ton luminaire, Ô Lune pouvait nous éclairer, Terre s’est interposée entre Soleil et toi, et tu es entrée dans l’ombre de Terre, alors, paradoxe merveilleux,Ô Pleine Lune, ton ombre  a éclairé Ego..
Il a pris Conscience de ses cinq sens avec telle acuité qu’il a ouvert l’espace à d’autres sens.
Lors de ta 1° éclipse où peinture « la veille » m’envoie l’image de  Terre protégée par deux grands Êtres d’Amour, Terre est si petite qu’Ego s‘y cherche désespérément.
L
ui qui, au matin-même, s’était reconnu en ces quatre éléments, lui qui s’était senti si grand, où est-il visible sur cette peinture, a-t-il seulement la taille d’une fourmi ?
D’identique en identique la pensée d’Ego glisse de Terre à Univers, de cet Univers où vibre le pays des Rêves, où vibrent ces autres mondes desquels viennent les écrits qui se posent là.

                   Ecce Homo- 24 février 2017

En février 2017,  Ecce Homo à son tour,  se révèle à Ego.
Ecce Homo et son Etoile à 5 branches, suivi de douze goélettes, entre joyeusement  dans Le temple.
Au bout du long vestibule un Soleil spiralé les attend !

Je garde le souvenir de la création de cette peinture,
Édifier ces murs, la perspective à respecter pour le couloir m’ont entraîné dans un  voyage dans un autre temps,
je remontais aux Temps des Pyramides, à ces Temps de quelques vies antérieures dont je ne savais plus rien …

Je ne sais pourquoi mais, Ego était Joie de cette expédition … Merveilleusement Joie ! …

Nous voici en janvier 2019.
Je reconnais en cette peinture, clairement,  le cinquième  chakra de Gaïa en  son pays d’Egypte
J’entrais ce jour-là en résonance avec le chakra cœur de Gaïa parce que,
Soleil spiralé du fond du vestibule m’appelait,  vibrait si puissamment, m’attirait à Lui tel un aimant.
Ego et toutes ses émotions anciennes, s’ouvraient à tout ce qui vibrait autour d’eux,
Dans l’enthousiasme ils pénétraient ces lieux anciens, ces lieux de toujours.

Telle pensée, telle Foi en cette Vérité a perdu  toute extravagance pour Ego !

Début d’année 2019,
N
ouvelle conscience de ma Vie pénètre en ce même lieu « à l’Égyptienne ».
Je ne traverse plus un couloir,
Je ne suis plus dans un lieu extérieur à mon corps,
J’habite en mon corps,
Mon corps habite en le corps de Gaïa.

Mes ouvertures de Conscience, sous vos belles vibrations, vos merveilleuses invitations, chères éclipses de ces mois écoulés, éclairent ma trilogie : Corps, Âme et « Je Suis ».

Le corps-Temple - mercredi 16 janvier 2019

Corps Temple Sacré d’ Âme – mercredi 16 janvier 2019

Le 16 janvier 2019, sous pinceau, s’est bâti corps-temple de mon Âme.
Corps
ancré de plus en plus en conscience en Gaïa. durant vos Éclipses, métamorphose Ego,
Mon Âme s’incarne dans ce corps d’être humain.Ego en est conscient ,
En Vérité, ses apprentissages ces 24 derniers mois se synthétisent en un mot « INCARNATION ».

Les cellules de ce corps que je peins, sont briques de terre ocre,  briques agencées avec amour, avec harmonie.
Les premières briques dessinent le haut de mon corps, mes épaules,
puis les suivantes ouvrent la gorge-escalier.
C’est en scellant ces briques, comme je le fis en bâtissant l’entrée du  temple en 2017 , que j’ai ressenti
le sacré de mon corps, le sacré de la vie en mes cellules
Mon passage de la gorge est délirant de Musique,
J’accueille les notes d’Amour créées en Cœur de moi,
En ma gorge pyramide,
En cette projection homothétie du Cinquième chakra de Gaïa
Je sais que prend sa Source nouvel Ego.

Alors, le fleuve de la Vie anime chaque note.
Alors, le fleuve de la Vie les aide à monter, à monter encore jusqu’à ce que
dansent les notes
sautent les notes
de marche en marche
jusqu’à ma bouche ….

Puis le travail de transformation se continue sur mon visage.
Les briques dessinent la façade de mon Être,

Ma Bouche-porte,
Mes yeux-fenêtres aux volets ouverts,
Mes oreilles-guitares, musicales
Qui peuvent capter la musique des sphères
Celle qui entoure Ego en Ouverture du Cœur et de la Gorge

A l’écoute de mon troisième œil en lequel a élu domicile ma Note

le  « La » qui est le mien est chanté par mon Âme
le  « La » est alimenté par  le fleuve de la Vie
il descend en notes joyeuses le long du nez-respiration, 

les notes dansent,
les notes sautent
de marche en marche
jusqu’à bouche …

Merci à la Vie !
Merci à la musique des sphères qui fait danser toutes nos notes
Merci à la Musique Harmonie
Merci à la Musique-Hommage à la Vie.

Corps Temple Sacré de mon Âme
Ego et ta nouvelle vision de la Vie
Vous êtes
Merci !
et
Merci
à ces deux textes  qui se posent sur mon chemin
qui confortent  Ego
aussi surpris de cette coïncidence qu’Heureux qu’elle soit !!!



Premier texte : "A Bord de la Prochaine Fréquence de Réalité"  paru le 24 Janvier 2019 | Canalisations / Channeling

Ce n’est que lorsque les humains ont commencé à s’éveiller à leur propre Soi dimensionnel supérieur qu’ils ont pu percevoir Gaïa comme un “être vivant” plutôt que comme un endroit que l’humanité pouvait endommager. En fait, ce n’est que lorsque l’humanité a commencé à réaliser jusqu’à quel point ils avaient endommagé leur planète que certains humains ont commencé à s’éveiller aux besoins de Gaïa.
Aussi, Gaïa, qui est un être vivant et sensible, ne voulait pas disséquer Ses humains de troisième dimension qui habitent Sa Forme Planétaire. Cependant, l’humanité ne se souvient pas, du moins pas assez, que les humains étaient en fait des Galactiques venus sur Terre et OUBLIÉS.
Quand les humains commencèrent à se rappeler qu’ils avaient oublié qui ils étaient et pourquoi ils avaient choisi de prendre un vaisseau terrestre pour assister et entendre Gaïa, ils commencèrent aussi à se rappeler qu’ils étaient des êtres multidimensionnels qui avaient choisi un vaisseau de troisième dimension pour assister à l’ascension planétaire de la Terre.
Enfin, au moins, l’humanité commence à s’en souvenir :

“C’EST MAINTENANT qu’elle doit s’éveiller pleinement à son vrai SOI multidimensionnel.”
“C’EST MAINTENANT qu’elle doit se rappeler pleinement ce qu’elle a promis de faire pour aider Gaïa !”
Au fur et à mesure que les humains commencent à se souvenir de leur véritable SOI multidimensionnel, ils ne sont plus liés par leurs limitations de troisième ou quatrième dimension et par leurs actions égoïstes. Puis ils commencent à réaliser que le travail qui “leur rapporte de l’argent” n’est pas aussi important que celui qui “aide à l’ascension planétaire”. En fait, le travail qui aide à guérir la planète pour qu’elle PUISSE s’élever.


Second texte : édité le 23 janvier 2019  par Deva Nea 🌺
Gaïa, ma Terre Mère,
Gaïa, tu nous portes comme la mère porte son enfant dans son ventre.
Gaïa, tu nous a donné la vie comme la mère accouche de son enfant.
Gaïa, tu nous nourris comme la mère allaite son enfant.
Gaïa, tu nous enveloppes de tes racines pour nous réconforter lorsqu’on pleure.
Gaïa, tu nous pardonnes par ce que tu sais que nous sommes encore jeunes et inconscients.
Gaïa, tu continues de nous porter alors que l’on puise ton essence dans chacun de tes éléments.
Gaïa, tu nous aimes de la Vibration Divine de l’amour inconditionnel.
Gaïa, tu es notre Mère Primordiale
Gaïa, tu me portes, je te chéris.
Gaïa, ton essence coule dans mes veines.
Je t’honore dans le ici et maintenant .
Je suis par ce que tu es.
Gaïa tu es ma Racine.

 

 


 « tavag » peut offrir ses ressentis et/ou retrouver « mavag » sur :
https://www.facebook.com/AnnieViton


  « tavag »  choisit de diffuser ses textes, ses images sur internet,
qu’elle n’oublie pas d’en indiquer la source
ce sera sa façon de remercier « mavag » pour ses 
embruns qu’elle laisse aller à portée du vent.

Share This