origine des écrits

Ecrire,
c’est prendre le même large que celui des vagues,
perdre de vue
les rivages et partir là où l’on ne sait rien. 
La maison devant le monde – Alain Vircondelet

En écrivant, mavag  perd de vue le rivage, plonge, nage au large en l’Océan où elle SE trouve, SE re-trouve  en les lettres, mots déposés en son Journal-Confident.
Journal soit remercié  pour ta Force, tu es largement à

L’origine des écrits de « mavag »

Journal-Ami, je te remercie de ta patience, de ta mémoire fidèle. Je t’écris depuis 1995. J’ai pris l’habitude de  cette écriture au quotidien, ou au quasi-quotidien, par laquelle j’abandonne sur feuille blanche le poids des pensées, grâce à laquelle je déleste Mental. Au fil de mes rêves, de mes mots, à celui de mes graphismes, mes humeurs se manifestent.  Par mes écrits du matin, par ceux du cours de journée, je nourris journal. En les accueillant sur ses pages, journal libère mon esprit et plus encore journal me crée.
J’ai brûlé religieusement les 21 premiers cahiers en 2015. J’ai ressenti achevé le travail que je leur avais confié …

J’ouvre ici, pour le plaisir de sa redécouverte, en ce 1°novembre 2017, où je transforme le Site de « mavag », les mots que j’ai écrit le 1° novembre 2011.
Les 1°novembre antérieurs n’étant plus, novembre 2011 figure les premiers pas d’existence du site de 
« mavag »‘. Ce jour-là  je parlais de l’homme et de son rapport :
au bien et au mal, 
son choix d’homme,
Pourquoi Jésus? Pourquoi Judas ?
mon désir naissant de demander à Vous Voir …
mon ressenti de votre Présence en mon Cœur, en ma Gorge …
mes Merci ! Merci !

Journal et Site me confortent dans la conscience du verbe créateur de mon être.
Ainsi,
 les lettres initiales de mes prénoms et noms ont conçu « mavag ».
La lettre « A » dont la consonance s’anime claire et chantante dans l’appellation de mon prénom usuel, Annie, est mon premier lien au verbe et à la parole. « A » m’a reliée à moi-même.
Plus de vingt années, « A » fut associée 
au « G » de mon nom de famille Gaye.
Au premier jour du printemps 1970, année de mes vingt-quatre ans, « V », l’initiale de mon nom d’usage, Viton, s’est jointe à elles.
A force de les poser sur la feuille amicale qui les recevait, u
n jour est venu où  j’ai eu envie d’intégrer les initiales « M » et « A » de mes deux autres prénoms de baptême, Marie, Augusta, rarement prononcées, puisque ne figurant que mes prénoms secondaires !!!.
Ce jour-là, je me suis reconnue aussi en Augusta et en Marie.
Mes lettres sont devenues cinq à se mêler, se démêler, sans jamais réellement s’ordonner jusqu’à ce matin où, ô surprise, elles se sont plantées, sous mes yeux, en « M », « A » , « V », « A » , « G ».
Qui m’a alors soufflé de lire votre pose, à haute voix, sans ponctuation ? 

Je m’entends encore vous fondre en « MAVAG »…

Où en suis-je aujourd’hui  de mes écrits ?
Si mes thèmes ne varient guère, mon regard sur eux change,
site tirant principalement ses sources de mon journal,
sans ajouter d’autres arguments,
« mavag-oceane »répond à la question par les contenus qui vibrent en elle …

Merci Journal !
Merci les mots !
Merci Site !
Merci La Vie qui est !!!!

Share This