Sur le manège de ma vie,  juchée sur mon cheval de bois, je vole dans mes steppes intérieures.
Tourne manège … Tourne … Tourne encore … Embarque moi dans l’illusion de ma liberté pour que je me reconnaisse en elle !

La Porte

La Porte – 25 novembre 2016

Soleil s’ombre !
Ses éclats en moi se défont.
Femme s’éveille, ouvre porte du Ciel,
L’huître s’entrebâille,  la perle se crée.

Mystère de ma re-création !

Tout se révèle, tout devient lisse.
Achèvement !
Finitude dans l’Infinitude !

Neuf portes en manège pour que s’ouvre la dixième.
Nul ne peut connaître le 10 qui n’ait atteint le 9.
Je quitte manège et pénètre par la porte Yod,
Cheval n’est plus de bois …

Neuf jours, neuf mois, neuf années,
neuf siècles, neuf millénaires …
Temps fini avant que Vie n’entre dans l’Infinitude !
De l’Or, à cœur de l’Infini, qui me crée, me recrée.

Porte-serrure s’offre en double-clé,
Clé de tête, huit debout,
Clé de cœur, huit couché.

Je reconnais Terre, je m’ancre en Gaïa,
En fleur à quatre pétales de Vérité.
Infini face à moi, je t’apprivoise
Tu es mon nouveau début,
Tu es ma Reliance,
En couleurs d’Arc en Ciel
En dessin colorié par ma petite fille !!!