Je suis née en une époque où, autour de moi, des Femmes soumises, Femmes rebelles silencieuses, peureuses, ne pouvaient, ne savaient être reconnues que par la maladie … c’était leur possible « dire » ce qu’elles avaient si « mal à di-r-e » !
Et je me suis mise à jouer de ce moyen pour parler. Ma rébellion manifestée en mots était mal ou n’était pas écoutée. J’ai lancée dans ma vie ici-bas, l’offensive maladie, très tôt et très loin, le modèle maternel m’y aidait beaucoup.

Qui en moi a amené l’opération : des amygdales, de l’appendicite, les fractures des tibia et péroné, pour que moi-enfant, moi-ado se fasse entendre et pourtant ne trouve jamais l’écoute, et réintègre sitôt la convalescence achevée l’obéissance à l’autre, la soumission à la loi machiste … ?
Qui en moi a repris le flambeau  en ma 46ième année en fracturant carrément rocher et pariétal droit pour qu’enfin s’ouvre assez grand le Ciel et que j’entrevois sa Lumière ?
Qui en moi, encore insatisfait, dès mes 59 ans, a, en fanfare, ouvert les vannes folie en ce côté droit de mon corps déjà largement tatoué à 2, 9,13,46 ans, en laissant se répandre Carcinome Lobulaire Infiltrant, en autorisant chirurgien à ôter ce sein que l’on ne pouvait plus voir ( !) et au summum de mon mal-à-dire, qui était -j’en suis aujourd’hui convaincue- pour mon compte personnel, un mal à m’entendre, a vu les chimio, les rayons, les hormones faire gémir ma peau, mes vaisseaux, mais n’a eu de cesse encore de souffrir et en a ajouté une dose pour ma 66ième année avec des métastases carcimoniennes que stoppèrent les mêmes moyens agressifs en doses plus fortes encore ?

2017,  le flambeau,  enfin, est remarqué et peut arrêter ses démonstrations :
Je suis allée au bout de la quête d’approbation.
Je suis allée jusqu’à l’ouverture de Ce Ciel.
Je suis allée au bout des souffrances pour ce corps, sur ma Croix.
Je suis allée jusqu’à l’achèvement de ma surdité, de mon aveuglement à Me Voir, à Me reconnaître, Moi Multidimensionnelle.

Quelques jours avant que le Solstice de cet été 2017 ne vienne, j’ai abusé de mouvements, sans respect pour mon bassin physique, et ils ont créé douleur en ce même lieu où en 2012 s’installaient des métastases…
Ce matin, à l’heure du Solstice, juste en l’instant où d’aucuns s’apprêtaient à la méditation mondiale pour fêter Soleil, méditation de belle qualité spirituelle, indéniablement, à laquelle je ne savais toujours pas si je participerais, qui aurait dû m’amener à vibrer en chœur en une messe solennelle vibrationnelle, la réponse négative a été d’une grande clarté.
Cette messe ne devait pas être mienne …
Ce fût une sacrée réponse négative.
Elle fût panique !
Car, la panique m’a prise, juste à cette heure où je devais m’engager, au ressenti de la douleur dans ma hanche droite qui diffusait sans retenue du pied droit à l’épaule droite, y compris jusqu’à l’auriculaire de la main droite.
Eclatement !
« Et si Carcinome chantait là, en cette douleur, son retour? » me souffle mental en folie !!!
Alors, le Trafalgar de la peur s’est mis en œuvre : « je ne me soignerai pas ! Je me laisserai mourir ! Au diable si je n’ai pas fini mon œuvre d’Âme, ma tâche divine ! Je saurai devenir mauvaise élève. Je le suis là ! »
Soudain, comme dans n’importe quel Ciel d’Orage, si on le cherche au plus profond de soi, s’est ouvert le Ciel. Là-bas au fonds, juste un entrebâillement, où j’ai su appeler Maître Saint-Germain et sa Flamme Violette pour transmuter ma Peur-Ombre en Lumière, Lumière, Lumière !
J’ai cru appeler en vain ! La paniquée n’osait croire en elle… Pourtant, le sommeil est venu, et au réveil la clarté a commencé à poindre, jusqu’à ce que ce texte vienne se poser ici.

La mauvaise élève n’est plus.
L’élève de ma Vie n’est, n’a jamais été, ni bonne ni mauvaise… elle a été élève … elle a expérimenté la vie. Elle a éprouvé la souffrance en son corps. Elle a demandé, depuis le mois de février 2015, pardon à ce corps, l’a réitéré souvent, le réitère encore ce jour ce pardon et rend grâce d’être entendue par son Corps. Elle a été au bout de cette expérience et a intégré tout ce que … j’avais à intégrer pour Être moi-créatrice de ma Vie.

« Coucou, c’est Moi ! » 
« Coucou, Je suis là ! »
Belle peinture de Moi née sous pinceau ce 5 juin 2017, ces deux titres Te vont à ravir.
Je Te rejoins,
je T’entends,
je fête ce Solstice dans la danse, la Gaité, la Paix retrouvées,
je suis Confiance, Conscience, Amour Inconditionnel,
je vibre Patience, Pureté, Présence, Passion, Puissance,
je suis Liberté,
je suis Silence,
je suis Un avec la Terre entière, et toutes ses cellules
sous le Soleil de ce Solstice lumineux,
Lumière éclairage de moi, de ma Vie, de La Vie, de Gaïa

Toutes mes peurs de la nuit, mes peurs d’enfance, d’adolescence, d’adulte se vautraient sur mes hanches depuis quelques temps, peurs sublimées ce jour de Solstice par Flamme Violette et rayons solaires pour que je Sois.

Le chemin s’était tracé au milieux de ronces de peurs en 2012.
Dame Nature se collait comme un poster sur ma Peau.
En moi alors se créait le vide,
pour qu’y descende l’Energie de l’Au-delà.
Aujourd’hui, Nature est en moi et je suis en elle
comme mavag est à l’océan et tout l’océan est en mavag ,
et la Vie se reflète en Toi/moi,
en tous mes sens,
de mes yeux à ma bouche,
de mon nez à mes oreilles
et à ma peau !